Rechercher

Le bouturage.

La bouture, descendance de la plante mère, « progéniture » conçue grâce à l’intervention humaine.


Macodes Petola - Une espèce d'orchidée
Le bouturage - Ma Conciergerie Végétale

Le bouturage est un mode de multiplication des végétaux par voie asexuée. La voie sexuée suppose la naissance de graines et leur mise en semis pour leur culture. Ce procédé est assez long.

Le bouturage est l’action de procéder à la reproduction d’une plante, appelée « plante mère » à partir de l’un des éléments qui la compose : la tige, la feuille ou la racine. Ces éléments seront ensuite plantés en terre ou dans un pot… ou en partie immergés dans l’eau…ou marcottés. En apportant les bonnes conditions que sont la température, l’arrosage, le substrat, la bouture produira des racines.

Ces boutures, petits rejetons, demanderont un peu d’attention, leur « nursery » devra être lumineuse sans soleil direct et propice à leur croissance. Vous les verrez gagner leur autonomie grâce à l’apparition des racines. Vous pourrez ensuite leur trouver une place chez vous, ou les confier aux soins d’une personne demandeuse de ce spécimen qui sera la copie conforme de la plante mère !


Quel matériel est nécessaire ? Les ustensiles, couteaux, ciseaux, sécateurs, les choisir tranchants et désinfectés. L’hormone de bouturage ne sera pas systématiquement appliquée. En effet, de nombreuses plantes se reproduisent facilement. Le substrat léger. Petits pots, vases.


Le bouturage : quelques exemples La bouture de tige. Le rameau se présente sous forme d’une tige tendre, ou d’une tige à la base dure et à pointe tendre, ou de bois sec. Le géranium, les boutures sont prélevées sur les rameaux de l’année sans fleur. Choisir un rameau sain d’une quinzaine de centimètres que l’on coupe sous un œil – préserver l’œil lieu de développement des racines – avec 2 à 3 ramifications (que l’on appelle œil ou noeud), ne conserver que 3 à 4 feuilles, la partie qui va en terre est effeuillée. Planter les tiges dans le terreau. Les protéger du gel pendant l’hiver, les rempoter au printemps. La bouture par division des racines. Le calathea, ses racines sont fragiles. Détacher délicatement la motte du pot. Séparer avec soin les racines des jeunes pousses. Les planter dans un terreau de rempotage avec un bon drainage. Eventuellement, placer cette bouture dans un terrarium afin de maintenir chaleur et humidité.

L’asparagus, dépoter la plante, souvent il faut casser le pot ou arroser abondamment. On observe la densité des racines renflées et serrées. Trancher la motte entre les rhizomes, en autant de plants désirés. Raccourcir les racines débarrassées de la terre, puis procéder au rempotage dans un terreau horticole. Bon arrosage. Bouturer à l’étouffée : en créant un milieu confiné et humide grâce à une mini-serre, une cloche, un sac plastique, une demi-bouteille. Le fittonia, au printemps ou en été, couper une tige. La mettre dans un terreau léger. Cette plante tropicale appréciera d’être placée « à l’étouffée » ce qui favorise évaporation-transpiration, aérer tous les 3 jours. Bientôt quelques racines vont apparaître, il est alors possible de procéder au rempotage.

La bouture par marcottage se réalise sur végétaux ligneux ayant des tiges souples. Le syngonium, au printemps le bouturage peut se faire grâce à une tige que l’on place dans la terre ou dans l’eau. Mais aussi par un marcottage qui peut se faire toute l’année. La technique consiste à enterrer une tige sans la détacher de la plante mère. Pour cela creuser un petit sillon d’une dizaine de centimètres, sur à peu près 5 cm de profondeur. Recouvrir la tige de terre, la tête reste à l’air libre. Dans quelques mois, les racines auront poussé, s’assurer qu’elles aient quelques centimètres de long avant de replanter la bouture. Si la tige est trop rigide. Procéder à un marcottage aérien, en incisant la tige sur sa longueur puis y enroulant de la sphaigne humide maintenue par une ficelle. Humecter régulièrement la sphaigne jusqu’à l’apparition des racines. Bouturage de feuille. Cette technique s’applique entre autres au cactus, dont les feuilles charnues contiennent l’eau et la nourriture nécessaires pour sa survie. Après avoir coupé la feuille au niveau de son pétiole, attendre que la partie entaillée sèche, puis la poser sur un substrat où elle va s’enraciner. Pour le bégonia, il faudra inciser les feuilles…. Bouture dans l’eau Le trandescantia, prélever des tiges d’une dizaine de cm et plonger la partie des tiges débarrassée des feuilles dans l’eau. Il est intéressant d’observer la naissance des racines. L’eau devra être régulièrement renouvelée, un vase opaque conviendra très bien.

A vos multiplications ! Ces exemples ont décrit quelques méthodes parmi une grande diversité de techniques de bouturages. Chaque plante a sa spécificité. Si vous vous débutez dans le domaine du bouturage, vous aurez peut-être quelques échecs mais vous arriverez à un rapide savoir-faire grâce à vos expériences.